Lea Djadja

La parole aux fashions : l’art de se sentir bien dans sa peau par Lea Djadja

L’animatrice et créatrice de contenu Lea Djadja est la toute première interviewée de notre nouveau format mode ‘La parole aux fashions’. Elle s’est ainsi livrée au micro de Madame Riviera sur son style, sans tabou, sur la personnalité mode naissante chez ses enfants mais aussi sur le bien-être et la nécessité de prendre du temps pour soi.

Madame Riviera : Hello Lea, nous sommes ravies de t’accueillir en cette période de Festival pour parler mode et bien-être en toute intimité. On va ainsi décrire un peu plus en détail ton style, dans un premier temps. Comment tu le définirais ?

Lea Djadja : Il peut être très changeant. Aujourd’hui par exemple je suis habillée en bohème chic mais certains jours je peux être plus dans un style rock/vintage ou encore casual, avec un jogging. Ça dépend surtout de mon humeur. Mais je pense que l’on est toutes pareilles pour ça, non ? Je ne connais pas beaucoup de filles qui restent toujours dans un même style, généralement on aime bien varier.

Oui et puis, même en étant la plus grande spécialiste mode, on sait très bien que chez soi on finit toujours en jogging…

C’est même devenu tendance d’être en jogging ! Aujourd’hui on peut l’associer à un long manteau, avec une petite paire de baskets… On peut totalement trouver un style et confectionner des looks canon même si ça reste très confortable. On peut être bien habillées tout en restant dans un certain confort.

Tu as tout à fait raison ! Et dans ton couple avec Alpha, êtes-vous habitués à faire des looks match/matchy ? A vous consulter avant de vous habiller ? C’est un tout autre sujet mais c’est aussi intéressant d’avoir ton avis là dessus.

On en faisait énormément au début de notre relation, tu sais ça fait 15 ans maintenant… Donc on a connu ces premières années où on voulait avoir la même paire des baskets, et ça nous arrive encore d’ailleurs. Mais après 15 ans de mariage, on arrive à utiliser les mêmes vêtements en faisant des looks unisexes. Je peux par exemple utiliser son tee-shirt, comme il peut utiliser le mien parce que j’en porte des très larges aussi. Les pantalons c’est pareil. Il n’y a que les chaussures qu’on ne peut pas échanger.

Et avec tes enfants ?

Avec les enfants, c’est autre chose. Je n’ai pas encore commencé sur le style avec eux. Je les ai toujours laissés s’ouvrir à ça, se découvrir eux-mêmes au niveau du style. Donc mon fils a testé beaucoup de choses. Et c’est génial ! A un moment donné, il portait toujours un bandeau autour de la tête. Je ne sais pas qui il voulait imiter, mais ça lui allait trop bien et ça lui ressemblait énormément. Et ma fille, c’est assez drôle. Quelques fois je me demande ce que pensent les autres parents de moi.

Elle s’habille déjà seule ?

Elle s’habille déjà toute seule, oui, elle choisit ses vêtements. Les couleurs ne vont pas du tout ensemble, mais ce n’est pas grave parce que ce méli-mélo lui donne une personnalité et ça la caractérise.

Est-ce que tu fais partie de ces mamans qui voient un peu leur fille comme une poupée et s’amusent à leur faire des petits looks assez mignons ?

Je ne suis pas trop de ce genre là, je la laisse s’habiller seule. En revanche, il y a peu de temps, et on en parlait tout à l’heure, j’ai testé le matchy matchy avec ma fille. Et je t’avoue que ça m’a pincé le cœur assez fort. Au début je me disais que c’était ridicule, puis au final on avait eu les mêmes chaussures, et je savais qu’on avait aussi la même robe. Donc j’ai testé le matchy-matchy et c’est trop mignon… J’ai mis la vidéo sur mon Tik Tok d’ailleurs si vous voulez la voir. Moi je peux la regarder des millions de fois.

Si tu devais nous donner 3 pièces indispensables, que tu pourrais porter à vie, ce serait lesquelles ?

Pour commencer et sans hésiter, la veste blazer oversize qui est un must-have, à porter avec tout. Ensuite le jean, bien-sûr, parce qu’il peut se mêler à plein de tenues et de styles différents. Au niveau de la coupe ça serait tout sauf un slim ! (rires) Avant j’en portais beaucoup, mais ça m’a traumatisée. Et puis ça m’a donné beaucoup de complexes aussi parce que je trouve que ce n’était pas assez bien taillé pour notre morphologie à l’époque, avec les hanches qui sortent etc. Du coup tu ne te trouvais pas jolie physiquement alors que finalement c’est le vêtement qui n’était pas adapté. Il y a un truc à savoir : ce n’est pas vous qui n’allez pas au vêtement, c’est le vêtement qui ne vous va pas. Votre corps n’a rien à changer, c’est au vêtement de s’adapter.

C’est un bon rappel, d’autant plus avant l’été, la saison des maillots de bain, des corps dévoilés sur la plage…

Exactement ! Donc trouvez ce qui vous va mais ne vous complexez pas vis à vis d’un vêtement. Et pour la troisième pièce incontournable que je devais choisir du coup… ça serait bateau de dire un débardeur blanc ? Non, je vais dire le sweat gris ! Si je dois voyager ou aller quelque part, c’est un indispensable pour moi. Pour me sentir un peu cosy quand j’en ai besoin, c’est un peu un doudou.

Quelle est la tendance qui est revenue à laquelle tu ne t’attendais pas, et que tu ne valides pas forcément ?

En fait, les tendances arrivent à m’attraper… Au début je suis un peu réfractaire, comme pour les ballerines. Je les ai d’ailleurs tellement critiquées pendant quatre ans sur une grande chaîne nationale. Et aujourd’hui je trouve ça super, et j’en ai presque de toutes les couleurs. Quand la tendance est ressortie, j’ai tout de suite envoyé un message à Charla (animatrice mode dans l’émission Incroyables transformations dans laquelle Léa s’occupait du relooking maquillage, NDLR), et je lui ai dit : « tu avais raison ». Elle l’a toujours revendiqué, elle a toujours dit que c’était un accessoire mode indispensable. Le débat est clôt et avec sa sagesse c’était évident qu’elle en savait plus que nous.

Donc on ne peut pas tellement parler de ‘tendances controversées’ selon toi ?

Je pense qu’aujourd’hui, il n’y a plus d’interdits, plus de règles. Et c’est ça qui est beau, parce qu’à chaque fois, on découvre. Moi ça m’inspire, il y a plein de choses qui m’inspirent.

Est-ce qu’il y a des moments où tu as voulu changer radicalement de style en te disant que ton style de l’époque ne correspondait plus du tout avec ce que tu étais ? Et où tu as fait un travail sur toi ?

J’ai beaucoup de ‘casse-gueules’, parce que j’ai fait beaucoup de tests. Il y a des choses que je ne porterais plus, par exemple. Mais je pense que je continuerai à me tester tout le temps, et même quelques fois, j’y retourne. Il y a certaines choses qui sont faites pour nous et d’autres qui ne le sont pas. Ce qui est très frustrant parce qu’on voit des personnes dans la rue ou sur les réseaux sociaux bien les porter. Moi par exemple, j’ai une poitrine un peu forte, et le fait que je ne puisse pas porter de grands décolletés me frustre énormément parce que je trouve ça tellement canon. Mais je sais que c’est adapté à une certaine morphologie qui n’est pas la mienne.

Pourrais-tu par ailleurs nous citer les femmes, ou même les hommes qui t’inspirent, stylistiquement parlant ?

Toutes les femmes m’inspirent. Je m’inspire de toutes celles que je vois. Toi, tu m’inspires aujourd’hui, j’aime beaucoup l’ensemble que tu portes. C’est dans la vie de tous les jours qu’on s’inspire. Mais si je devais te citer quelqu’un… Je dirais Florence Foresti. Je trouve qu’elle a un style incroyable. Dans ses films, elle se démarque par son style qui me rend folle, je suis très très fan. Elle a totalement une sensibilité à la mode, ça fait partie de son personnage et j’aime beaucoup.

Dans 5 ans, 10 ans, tu te verrais encore évoluer dans ton style ? Est-ce que tu as une vision un peu futuriste de ton ‘toi stylistique’ ?

Oui, totalement. Aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux on peut retrouver des personnes plus matures qui s’habillent avec des tendances d’aujourd’hui, sans vulgarité et avec beaucoup de goût. Je trouve que c’est génial. Je me projette un peu comme ça. Ma mère aussi me donne cet exemple-là. Elle arrive à la soixantaine et pour autant elle me sort des styles tellement fous… Des baskets incroyables et des pièces qui selon les normes seraient réservées aux jeunes, mais qui lui vont encore plus à elle.

Il me semble évident de terminer cette interview en parlant de ton livre, Apprendre à s’aimer en 365 jours

L’émission que j’ai faite en tant qu’experte beauté, Incroyables transformations, m’a permis de connaître des gens qui avaient un peu lâcher la rampe, qui s’étaient abandonnés. J’ai vu à travers ça quelque chose que j’avais vécu moi aussi par dépression. Je m’étais un peu abandonnée, sur le fait de prendre soin de moi. Et j’ai mis en place un agenda, un livre/agenda Almanach pour ces gens-là justement, que j’avais fait pour moi à la base. Le but est qu’ils arrivent à s’auto-discipliner pour qu’il puissent se sentir bien tous les jours.

Tu reçois des messages sur le fait que ça aide les lectrices et lecteurs ?

Ce n’était pas un projet marketing, dans le but de mettre mon nom sur quelque chose, mais plutôt pour délivrer un message comme quoi moi-même, je suis passée par là, que c’est normal d’avoir des ‘downs’ mais que si on s’organise bien et qu’on laisse un peu d’espace pour soi dans tout ce qu’on fait et donne pour les autres, ça ne peut qu’aller mieux.

Tu penses qu’il faut avoir ce fameux déclic, pour passer à l’action ?

Quelques fois, c’est en se donnant ce petit coup de pied aux fesses que le déclic vient par la suite, en ressentant les bienfaits de tout ce que l’on a fait. C’est un peu comme le sport, où c’est dur au début, qu’on a la flemme… Et puis tu te forces un petit, et il en faut peu justement pour que tu deviennes addict et que tu te dises que vraiment, ça valait le coup.

C’est un très beau message pour finir cette interview. Merci Léa de nous avoir accordé de ton temps, c’était très enrichissant !

Merci à toi de m’avoir accueillie, c’est un privilège !

Autres articles de

Tu pourrais aussi aimer

Rechercher

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Filter by Categories
Actu | Beauté
Actu | Mode
Beauté
Coiffure
Créatrices de la Côte
Culture | Évasion
Évasion
Focus mode
Food
Hôtellerie | Évasion
Les Coachées
Madame en société
Madame teste
Maquillage
Mode
Muses
Shopping | Beauté
Shopping | Mode
Trendstagram | Beauté
Trendstagram | Mode